INTERVIEW DE GILLES CURENS : ❝Quand mon père m’amenait sur les champs de courses, j’ai été tout de suite passionné❞

Par Maxime Seyvet

Avant toutes choses, nous tenons à remercier chaleureusement Monsieur Gilles Curens pour avoir répondu favorablement à notre demande d’interview ainsi que pour sa grande disponibilité.

Quand mon père m’amenait sur les champs de courses, j’ai été tout de suite passionné

Passionné par les courses hippiques depuis sa tendre enfance où il accompagnait son père turfiste sur les champs de courses, Gilles Curens, acteur emblématique dans le milieu hippique, a accepté de répondre à nos questions.
Originaire de Compiègne, Gilles Curens voit son rêve devenir réalité en devenant entraîneur de chevaux de courses, à Grosbois où il est installé.
Sacré au plus haut niveau avec sa championne Gladys des Plaines, Gilles Curens nous a conté le récit unique de sa rencontre avec cette incroyable jument, l’histoire de la miraculée Ulka des Champs ainsi que ses espoirs à venir.

GILLES CURENS AUX CÔTÉS DE SA CHAMPIONNE, GLADYS DES PLAINES

📸 Facebook – Gilles Curens

Bonjour Monsieur Curens, pour les personnes qui vous découvrent, comment êtes-vous entré dans le monde des courses hippiques ?

❝J’étais un fils de turfiste, et j’aimais les chevaux en général. Tout petit, je montais à poney ! C’est grâce à mon père, qui m’amenait sur les champs de courses, que cette passion m’a animé. J’ai tout de suite, tout de suite était passionné ! J’ai d’abord drivé, j’ai gagné une course, mais je n’étais pas très bon (sourire), j’ai donc laissé ma place à des drivers… plus talentueux que moi (rires). Je me suis ensuite dirigé vers le métier d’entraîneur, que j’exerce maintenant depuis une dizaine d’années.❞

À titre personnel, quel cheval vous a apporté le plus d’émotions ?

❝En terme d’émotions, Ulka des Champs, bien sûr. Elle avait eu un terrible accident lors d’un hiver à Cagnes-sur-Mer. Elle a été très forte mentalement, très solide pour arriver à se remettre de cet épisode. Malgré quelques séquelles, elle est devenue une jument de tout premier plan, disputant même le Cornulier. Elle a toujours était très forte dans sa tête, comme en compétition d’ailleurs… elle ne freinait jamais, et ce, jusqu’à l’âge de 10 ans où elle gagnait encore des courses ! C’est ma jument de cœur. Je prends de ses nouvelles régulièrement. Elle profite maintenant de sa retraite de maman : elle est devenue poulinière et fait des poulains.❞

LA TANT AIMÉE, ULKA DES CHAMPS, EST MAINTENANT MAMAN

📸 Facebook – Gilles Curens

Gladys des Plaines vous a permis de triompher au niveau Groupe I et ainsi vous propulser au plus haut niveau. Racontez-nous les débuts si singuliers de votre histoire avec elle.

❝Alors Gladys… Un jour j’étais aux ventes pour acheter un cheval, qu’on n’a finalement pas eu. Ensuite, alors que je m’occupais de recoudre une de mes juments qui s’était blessée, son propriétaire, M. Augustin Radu a acheté Gladys des Plaines, à la vente Arqana, sans mon consentement. J’étais très énervé ! Elle était toute petite, bien proportionnée certes, mais elle manquait de taille… J’ai tout de même décidé de m’associer avec eux et de l’entraîner. Finalement, bien m’en a pris, car on connaît la suite (sourire) ! ❞

Revivez la victoire de Gladys des Plaines dans le Prix du Président de la République 2020

🎬 Youtube – Equidia

Et du coup, comment va votre championne ?

❝Elle va très bien. Elle a eu une légère blessure, une lésion tendineuse, ce qui ne l’empêche pas de faire quelques activités. Elle fait de la balnéo, marche dans l’eau, elle n’est pas à l’arrêt complet. Elle reprendra certainement l’entraînement le 15 septembre et effectuera normalement sa rentrée en novembre. Elle sera revue plutôt à l’attelé, l’objectif étant qu’elle soit au top pour le Prix de Cornulier… ❞

LA CHAMPIONNE GLADYS DES PLAINES

À ce propos, gagner le Prix d’Amérique ou le Prix de Cornulier est-il un rêve pour vous ?

❝Oui et non. C’est vrai que pour tout entraîneur avoir un partant dans le Prix d’Amérique c’est super mais honnêtement je n’en fais pas une obsession. J’adore les courses au trot monté et suis déjà très heureux d’avoir couru plusieurs fois le Cornulier. Je pense avoir plus de chance de remporter un jour le Cornulier plutôt que l’Amérique (sourire). ❞

Vous étiez cette année en Suède afin de supporter les trotteurs français durant le week-end de l’Elitloppet. Si vous aviez le cheval pour, aimeriez vous disputer l’Elitloppet à Solvalla ?

❝Tout à fait ! Grâce à Ulka des Champs j’ai couru deux fois à l’étranger : une victoire à Bjerke en Norvège et une seconde place dans un Groupe II à Åby en Suède. Si je suis un jour invité pour courir l’Elitloppet j’irai volontier ! D’ailleurs il n’est pas exclu qu’en fin de carrière Gladys des Plaines aille disputer la belle course montée à Solvalla le même jour que l’Elitloppet.❞

Nous avons pu voir sur les réseaux sociaux vos talents de joueur émérite à la pétanque, avez vous d’autre passions à part les chevaux ?

❝Le football et le cyclisme !❞

Quel est votre hippodrome préféré ?

❝J’en ai deux : Cagnes-sur-Mer et Vichy. En effet, même si je suis originaire de Compiègne, j’ai passé une partie de mon adolescence sur la Côte d’Azur, juste à côté de l’hippodrome de la Riviera. J’aime aussi beaucoup l’hippodrome de Vichy, où j’ai une très belle réussite. J’en profite également pour faire la fête le soir des courses avec l’un de mes très bons amis qui est là-bas !❞

Vous êtes également propriétaire dans le monde du galop. Avez vous une préférence entre les deux disciplines (trot & galop) ?

❝En effet je suis co-propriétaire de deux galopeurs. Tarahumara Quenn qui a gagné deux courses cette année et Marindor, un 2 ans qui va débuter à l’automne. Certes les deux disciplines englobent ma passion, mais je considère en général le trot comme mon métier alors que le galop a plutôt une dimension de plaisir en tant que co-propriétaire.❞

Parmi les bons chevaux sous votre entraînement, Jewel Bond semble être un poulain prometteur malgré un début de carrière délicat. Est-ce un poulain que vous estimez ?

❝Oui oui. C’est un poulain que j’estime. Il n’est pas spécialement précoce. Je pense qu’il sera meilleur au trot monté ! C’est pourquoi il va certainement changer de discipline d’ici peu.❞

PHOTO DE LA VICTOIRE DE JEWEL BOND, ACCOMPAGNÉ DE TOUT L’ENTOURAGE

📸 Facebook – Gilles Curens

Quel est l’espoir de votre écurie ?

❝C’est James Rules ! C’est un très très bon cheval… Si je ne me trompe pas, je pense qu’il sera certainement un cheval de niveau groupe. Il a la morphologie, le mental… il a tout pour lui !❞

Pour les turfistes aguerris qui nous lisent, pouvez-vous nous confier vos meilleures cartouches à venir ?

10 Septembre à Vichy

  • Joker d’Occagnes, qui bénéficiera d’un très bel engagement.❞
  • Kheops du Persil, un fils de Booster Winner et Elegance du Persil qualifié en 1’19″5 et qui me semble prometteur.❞

À suivre prochainement

  • Gaz d’Occagnes, je n’ai pas encore de dates mais il est à suivre.❞

Pour cet hiver à Vincennes

  • James Rules, l’un de mes meilleurs poulains est à suivre cet hiver dès sa rentrée.❞
  • Jewel Bond, dont nous avons déjà parlé : c’est un cheval dur. Il va certainement courir attelé pour le juger et ainsi savoir si je l’orienterai tout de suite ou plus tard au trot monté.❞
LE SUBLIME GAZ D’OCCAGNES

📸 Facebook – Gilles Curens

Pour finir, dites-nous, avez-vous un petit chouchou dans l’écurie ?

❝ J’aime tous mes chevaux !!! (sourire)

GILLES CURENS AUX CÔTÉS DE SA JUMENT DE COEUR, ULKA DES CHAMPS

📸 Facebook – Gilles Curens

Encore un grand merci à Monsieur Gilles Curens pour le temps qu’il nous a accordé ainsi que pour ses anecdotes personnelles et passionnantes racontées lors de cette interview.

Par Maxime Seyvet

Laisser un commentaire