Site icon HORSETURFPRO

Hastronaute en vedette à Grenade

Publicités

Ce lundi se déroulait la plus belle réunion de l’année sur l’hippodrome de Marianne. Outre le Grand Prix Dynavena Maisagri, labellisé Groupe 3, trois épreuves réservées aux trois, quatre et cinq ans, ont sacré de magnifiques vainqueurs.

Le lauréat du dernier Critérium des 4 ans a notamment renoué avec le succès ! C’était également les premiers pas du Sulky d’Or Eric Raffin sur cette piste.

Le fait du jour :

S’il y a bien une chose qui n’est pas passée inaperçue, c’est la victoire du champion de Yannick Henry, Hastronaute dans le Prix Joseph Claverie. Le fils de Booster Winner n’avait plus passé le poteau en tête depuis son sacre dans le Critérium des 4 ans, il y a presque un an. Au micro de l’hippodrome, Eric Raffin réagit : “À la base j’étais venu pour Hastronaute, tout le monde est rassuré car cela fait longtemps qu’il n’avait pas gagné. Et puis l’entraîneur du sud-ouest qui gagne dans le sud-ouest c’est très bien”.

Hastronaute avec Éric Raffin. Crédits : Lyre Redlove

Très bien parti à son échelon de départ, il s’est rapidement retrouvé avec les deux autres pensionnaires de l’écurie Henry (N.D.L.R : Hold Up Smart & Happyjo de Ligny) qui s’élançaient aux 25 mètres. Rapidement venu aux commandes, il a ensuite contrôlé la course à sa guise, s’imposant très facilement dans la très bonne réduction sur cette piste de 1’14’5.

Yannick réagit ce matin : “C’est génial, on a vibré ! On ne savait plus trop où on en était après son échec à Enghien, il nous rassure”. Direction maintenant le Prix Jockey (Gr.2), dernière étape avant le Critérium des 5 ans qui se déroulera le 18 septembre prochain à Vincennes.

Une victoire libératrice pour l’entourage. Crédits : Jackie Roumagnac-Gilbert

Fakir Mérité s’adjuge le Grand Prix

Autre attraction de la journée, le Grand Prix Dynavena Maisagri, labellisé Groupe 3, a vu le sacre du protégé de Franck Marty, Fakir Mérité. À la suite d’une drive cinq étoiles, le duo a déposé Caïman du Citrus à mi-ligne droite pour s’en aller quérir le onzième succès de sa carrière, le premier de l’année. “Le cheval a été très bon […] On avait un doute sur la capacité de Fakir à courir à une semaine, mais il a montré qu’il avait bien récupéré” dixit Franck Marty.

Derrière le fils d’Uaukir, tir groupé de l’Ecurie Terry qui place ses trois pensionnaires au deuxième, troisième et quatrième place avec Caïman du Citrus, Douxor de Guez et Finou du Luot. Domingo d’Ela, fautif, s’est quant à lui très bien comporté en retrait.

Franck Marty exulte au passage du poteau. Crédits : Valérie Ortega.

Jumbo d’Auvillier en patron !

Dans la belle course réservée aux jeunes éléments, c’est l’irréprochable Jumbo d’Auvillier qui dicte sa loi de très belle manière avec le pilote local, Manu Criado. Jamais inquiété, il a rallié le poteau en toute quiétude pour s’octroyer le troisième succès de sa carrière. “Les bons chevaux font les bons drivers, pas l’inverse ! ” a réagi Manu Criado après la course.

Nul doute que ce fils de Prince d’Espace continuera de faire parler de lui en bien à l’avenir. Il devance Joie de Bertrange, autrice d’un bon rush final et Jexelle Lugui, seule concurrente s’élançant aux 25 mètres, qui réalise un très bon dernier kilomètre.

La forme Quentin Machet

Dans la belle épreuve réservée aux 4 ans, c’est le pensionnaire de Richard Westerink qui s’impose à la manière des forts avec Quentin Machet : Intouchable Ar. C’est la grande forme en ce moment pour le pilote, sur ces neuf dernières drives, il a obtenu cinq victoires !

Il devance un excellent Inédit du Gade, contraint de rendre la distance mais auteur d’une très belle ligne droite. Idéal San Leandro, de loin le plus riche de cette épreuve, complète le podium.

Quentin Machet tout sourire après sa victoire au sulky d’Intouchable Ar. Crédits : Jackie Roumagnac-Gilbert

La belle histoire

La course réservée aux amateurs a vu la victoire de Elite Noire Pralin avec son entraîneur-propriétaire, Léo Seigne. Vive émotion pour le jeune amateur qui a signé ici, son premier succès pour son entrainement ainsi que ses couleurs dans une course portant le nom de son grand-père : André Seigne.

“C’est incroyable, mon père l’avait gagné, c’était à mon tour […] la mission est accomplie” réagit au bord des larmes le jeune amateur qui signe ici sa quatrième victoire au sulky.

Quitter la version mobile