Grande semaine de Vichy: Jean-Pierre Gauvin bien armé!

Interview par @ThibaudLst

Homme toujours très en verve du côté des bords de l’Allier, Jean-Pierre Gauvin a gentiment accepté notre demande d’interview à l’aube de cette semaine du galop. Ses pensionnaires font bien cet hippodrome et sont bien évidemment à suivre avec la plus grande attention. Il revient pour Horseturfpro sur sa carrière et sur ses ambitions à venir.

Jean-Pierre Gauvin/ Crédit Photo: Scoopdyga

-Vous êtes installé à Saint Cyr les Vignes depuis de nombreuses années . Qu’est-ce qui vous a fait choisir cet endroit pour entraîner vos chevaux ?

J’étais jockey et apprenti à Saint-Cyr-Les-Vignes donc cela fait maintenant 43 ans que je suis arrivé dans cet endroit. J’ai cependant fait mes classes d’entraineur à Calas, en 1990, et ce pendant 2 ans. Saint-Cyr-Les-Vignes est un endroit que je connaissais de part mon expérience professionnelle et mon ancien patron (Louis Boulard). Lorsqu’il est parti, j’ai pu acheter l’écurie. J’ai ainsi démarré en tant qu’entraineur avec une trentaine de chevaux.

-Montez-vous toujours à cheval avec votre équipe le matin? Combien de personnes travaillent dans votre écurie ?

Toujours! Je n’arrive pas à descendre de cheval (rires). Des entraineurs qui ont moins d’effectifs que moi le font encore, ça leur fait un cavalier en moins à payer. Je continue à le faire pour cette raison mais pas que! Lors de mon installation, je voulais être entraineur-jockey, ce que j’ai fait pendant quelques années. Je suis plutôt jockey d’entrainement aujourd’hui (rires).

Jean-Pierre Gauvin à cheval le matin dans son écurie de Saint-Cyr Les Vignes

On est aujourd’hui une vingtaine à l’écurie. Nous manquons de personnel et je préfère garder un effectif de maximum 50-55 chevaux pour le bien-être de mes salariés. Comme chez Henri-Alex Pantall, j’ai une petite partie de mon personnel qui s’occupe uniquement de l’entretien.

-Quel fut le plus beau moment de votre carrière d’entraîneur ?

La victoire de SAONOIS dans le Prix Du Jockey-Club 2012, c’était énorme! L’histoire est belle aussi. Le « petit poucet » qui tente sa chance dans le Jockey-Club et gagner comme il l’a fait, c’était un moment extraordinaire! C’est incontestablement la plus belle victoire.

Etait-ce facile à gérer pour vous cette soudaine mise en lumière ?

Ce n’était pas simple à gérer. Il y a eu quelques nouveaux propriétaires mais pas forcément que des « bons ». Cette période correspondait aussi à une montée en puissance de l’écurie avec de nouvelles problématiques et des remises en questions. ll n’y a pas eu que SAONOIS qui à participé à la réussite de l’écurie à ce moment-là. C’était déstabilisant d’avoir plus de chevaux et de devoir parfois refuser de nouveaux équidés. Maintenant je suis rodé. Malgré tout, les résultats de l’écurie sont restés constants et c’est ce qui m’importe le plus. Nous sommes dans un métier où nous avons des choix à faire et il faut faire les bons!

-Avec 36 victoires et 115 places, comment jugez-vous votre millésime 2022 ?

Oui tout à fait. Ce qui nous caractérise, c’est la régularité, c’est la griffe de l’écurie. 2022 est la prolongation des autres années.

-Que représente pour vous et votre écurie le meeting de Vichy ?

C’est moins un point culminant qu’auparavant. Pendant une période, les chevaux « explosaient » à Vichy car on ne courait pas l’hiver. Juillet et Aout étaient alors les plus gros mois de l’année. Désormais, ce sont des bons mois. Cela reste un meeting important pour nous car mon écurie va peu à Deauville du fait de la distance et sur le plan affectif, ce meeting de Vichy me tient particulièrement à coeur. Je n’en n’ai manqué qu’un seul car tout mon effectif était malade, c’était dans les années 1990.

-Avez-vous la sensation de partager travail et loisir durant cette semaine ?

Je ne monte pas à cheval le matin et je reste la semaine entière sur Vichy. Ce sont un peu nos « vacances » et il y a quelques années, lorsque le meeting durait plus longtemps, nous allions encore au camping avec les enfants. On lie agréablement travail et repos ici. J’adore par exemple me promener dans le Parc Napoléon le matin avec mon chien, on se sent plus « cool ».

-Vous réalisez d excellents meetings de Vichy. Comment expliquez-vous cette réussite ? La proximité de l’hippodrome avec votre centre d’entraînement est-il favorisant ?

On garde effectivement certains chevaux pour Vichy et on se disperse moins en amont du meeting. On y gagne pas mal de courses et les chevaux sont proches de l’hippodrome. C’est un réel avantage d’être à proximité même si les courses sont parfois moins bien dotées que sur certains champ de courses: cela évite de faire des kilomètres aux chevaux inutilement afin de les préserver. De plus, à catégorie égale, on constate qu’on a de meilleures performances lorsqu’on court à domicile. C’est un réel plus par rapport à nos concurrents.

-Cette année sera particulière avec la chaleur qui règne et qui impose pour le bien être équin de déplacer certaines réunions en nocturne ou tot le matin. Comment gérez-vous cela avec vos équipes? Avez-vous effectué des changements dans l’entrainement ou le transport de vos chevaux ?

Les adaptations faites à l’écurie sont logiques et rationnelles. On commence un peu plus tôt le matin, les chevaux commencent à travailler vers 5h45 et on a uniquement 1h30 de route à faire. On allège tout de même l’entraînement de nos pensionnaires pour qu’ils souffrent moins de la chaleur. Nous avons l’habitude de faire ces adaptations. Le plus important reste le bon arrosage des pistes d’entrainement

-On commence à évoquer vos partants de mardi avec EUSTACHE. L’opposition semble relevée non ?

Le cheval n’a pas de marge. Je voulais le revoir avec un jockey sur son dos. C’est un cheval entier, un peu coquin. Cela faisait plaisir à ses propriétaires de courir le Quinté. On espère une 6-7ème place. S’il a un bon parcours, il peut accrocher un petit lot.


NARCOS dans la 7ème étape du Défi du Galop et qui vient de finir 3eme sur le parcours de référence, c’est pas mal non ?

On a dû faire l’impasse sur le Grand Prix de Lyon car le cheval a connu un léger souci qui est maintenant résolu. Il va arriver avec de la fraicheur, ce qui est un avantage. Je le préfère tout de même corde à gauche, il a sa chance à mon sens.

AGOUREIL a plutôt bien débuté dans les handicaps, à suivre avec intérêt dans cette catégorie ?

Encore pris un peu haut en valeur, et j’aurais préféré le voir sur 2000 mètres ayant un doute sur la distance. Je tente donc ce handicap avec une décharge. Ce n’est pas exclu qu’il fasse une bonne course.

WIN DAISY est cette fois sur une distance plus courte, faut-il la reprendre en confiance ?

Pas réellement en confiance. Elle s’est montrée très décevante la dernière fois. Elle est top le matin et on tente quelque chose sur une nouvelle distance en me basant sur ses origines. Ce sera tout ou rien.

PINK BIRTHDAY a le niveau pour gagner une telle course. Pour ce mardi ?

Oui s’il répète sa dernière course. C’est ma meilleure chance sur la journée de mardi en tout cas.

-Concernant mercredi, pour la grande réunion, CHICHIMADAME est alignée dans la listed et semble en plein progrès. La pensez-vous capable de briller ici ?

On espère, mais le lot de la dernière course ne semblait pas hyper relevé. On est à domicile donc on tente le coup. Plutôt pour une place.

-Avec COEUR MACEN, vous ne serez que 6 au départ du Grand Prix de Vichy. Cette course a t-elle été planifiée de longue date? Craignez-vous le cheval qui a gagné la Saudi Cup (EMBLEM ROAD) ?

On est obligé de craindre ce gagnant de groupe I qui n’a cependant jamais vu le gazon. On a planifié cela après sa dernière course et c’est Christophe Soumillon qui m’a suggéré cette épreuve. Elle est revenue au top depuis sa tentative infructueuse du Prix Corrida et je pense qu’elle peut bien courir même si le lot est relevé.

Coeur Macen aura se présentera au départ de l’épreuve phare de la grande semaine de Vichy, le Grand Prix! / Crédit Photo: Scoopdyga

LOVE SONG cherche sa course dans les handicaps et ne semble plus très loin. Pour ce mercredi ?

C’est une très belle chance. J’ai peur du terrain trop léger mais en 29 de valeur, elle n’est pas loin de sa course.

WUKOLINA reste sur un succès à ce niveau. La passe de 2 est envisageable ?

Elle n’a sûrement plus beaucoup de marge. Si cela ne marche pas dans les handicaps, nous irons dans les réclamers.

LEJENDARIO semble trouver une course facile. Vous êtes d’accord ?

Tout à fait. C’est un cheval qui déçoit quand même car il n’est pas toujours régulier. Cela devrait être bien dans cette catégorie.

-C’est peut être plus compliqué pour HYBRID non ?

Je joue ici la carte de mon apprentie Celestine Bouvier qui a une très bonne main et qui le monte le matin. Bénéficiant de sa décharge, il n’est pas incapable de créer une surprise.

-Quels sont vos espoirs pour les autres jours de la semaine ?

Ma meilleure chance pour le restant de la semaine sera clairement PERDRIOLLE que je vous invite à suivre, le reste c’est moins bien.

Encore un grand merci à Jean-Pierre Gauvin pour sa gentillesse et sa disponibilité !

Un commentaire sur “Grande semaine de Vichy: Jean-Pierre Gauvin bien armé!

Laisser un commentaire