Site icon HORSETURFPRO

INTERVIEW DE CLARA DERSOIR : ❝UNE HISTOIRE DE FAMILLE❞

Publicités

Par Maxime Seyvet

Avant toutes choses, nous tenons à remercier chaleureusement Mademoiselle Clara Dersoir pour avoir répondu favorablement à notre demande d’interview ainsi que pour sa grande disponibilité.

Une histoire de famille

Fille de l’émérite Jean Loïc-Claude Dersoir, 6 fois sacré Étrier d’Or entre 1994 et 2001 et de Carine Hallais-Dersoir dont le père Joël Hallais est une figure incontournable dans le milieu du trot, Clara Dersoir a grandi au cœur des courses hippiques. Une passion qui l’a enthousiasmée dès sa plus tendre enfance puisqu’elle monta à poney dès ses 6 ans et à cheval dès l’âge de 12 ans.
Clara Dersoir nous a évoqué son parcours atypique ainsi que la candidature d’Hirondelle du Rib, le joyau de l’écurie familiale, à l’aube du Prix de Normandie.

Clara Dersoir lors de son triomphe avec Falaisien du Rib aux Sables d’Olonnes, le 25 Août 2021

Bonjour Clara, vos parents sont d’éminents acteurs du monde hippique, entrer dans l’univers du cheval était-il pour vous une évidence ?

❝Depuis toute petite j’ai aimé les chevaux. J’ai grandi à leurs côtés et de ce fait voulu exercer un métier en lien avec cette passion. Dans un premier temps, je souhaitais devenir vétérinaire équin avant de m’investir dans l’écurie familiale. En poursuivant mes études, j’ai commencé à monter en compétition et j’y ai tout de suite pris goût ! Que ce soit à l’entraînement ou en course, cette passion nous fait vivre des moments uniques ! Certes c’est un métier difficile mais quand on aime les chevaux, cela se fait naturellement. Pour rien au monde je ne reviendrai en arrière.❞

Votre père Jean Loïc-Claude Dersoir a été sacré 6 fois Étrier d’Or (1994-1997-1998-1999-2000-2001), y a -t-il une distinction particulière que vous espérez briguer au fil de votre carrière ?

❝Oula ! On en est loin ! (rires). Mon papa a réalisé une carrière exceptionnelle. Personnellement, je prends les courses comme elles viennent et fais ce métier avec passion. J’essaye de faire plaisir (sourire). Je ne brigue pas une récompense particulière même si passer professionnelle me trotte dans un petit coin de la tête.❞

Entre l’écurie Jeloca et l’écurie Rib dans lesquelles vous avez grandi, quels sont les chevaux qui vous ont le plus marqué ?

❝ Il y en a plusieurs ! One du Rib bien sûr, qui a remporté deux fois le Cornulier à l’âge de 5 puis 8 ans : c’est exceptionnel ! Petite anecdote, il avait une tâche blanche sous le ventre, ce qui est assez atypique, détail qui m’avait tout de suite marqué. Mon grand père [Joël Hallais] m’a souvent dit qu’il n’avait jamais eu un cheval qui allait aussi vite à l’entraînement ! J’étais toute petite lors des succès de Nikita [du Rib]. Cyprien des Bordes a gagné Groupe I et Récit Jeloca était lui aussi un super cheval. Actuellement, Hirondelle [du Rib] évidemment et Cash [du Rib] : c’est un amour, il est super gentil, mon papa n’hésite pas à faire de la route avec lui : il adore voyager, il est tellement heureux dans le camion qu’il nous fait rire (sourire) ! ❞

À titre personnel, quelle est la victoire qui vous a apporté le plus d’émotions ?

❝C’est celle avec Falaisien du Rib à Caen ! En effet, même si j’avais gagné depuis mon accident [lors d’un concours de sauts d’obstacles] qui m’avait contrainte à une longue absence, celle-ci me tenait beaucoup à cœur… c’est un super cheval et sa maman Nikita du Rib a apporté beaucoup de joie à mon grand-père et à mon père. Cette victoire m’a beaucoup touchée !❞

Nous sommes à la veille du Prix de Normandie. Si votre grand-père Joël Hallais et votre père Jean Loïc-Claude Dersoir ont remporté une seule fois cette prestigieuse épreuve respectivement avec Darold II en 1974 et Quille Castelets en 2009, pensez-vous qu’ils puissent réitérer cet exploit cette année avec Hirondelle du Rib ?

❝ Je l’espère ! Mon grand-père a tout fait pour préparer la course au mieux. Selon moi, elle est au top comme lors du Prix du Président de la République l’an passé [1ère]. Quoi qu’il en soit, mon grand-père veut en prendre soin et la préserver. Elle a encore tout l’avenir devant elle !❞

Entre le blondinet Handy Bourbon, la belle Hallix, le surprenant Hatchet Man et les autres, quel est le rival que vous redoutez le plus ?

❝Handy Bourbon a été impressionnant sur 2.175 mètres, reste à savoir s’il tiendra sur 3.000 mètres… Hallix est une sérieuse rivale compte tenu de sa performance [2ème] dans le Prix du Président de la République l’année dernière. Je crains tout particulièrement Hatchet Man qui peut dérouler. C’est lui qui me fait peur.❞

Le départ est-il le moment que vous appréhendez le plus pour Hirondelle ?

❝C’est vrai qu’elle nous a parfois habitué à quelques facéties ou même parfois à partir au galop. Cependant, elle nous a montré récemment qu’elle partait de mieux en mieux. Je suis convaincue que mon père lui donnera le meilleur des parcours !❞

Pour les passionnés et turfistes aguerris qui nous lisent, pouvez-vous nous confier les belles chances à venir prochainement pour l’écurie ?

❝I Am Jeloca est un petit cheval qui progresse énormément, il reste encore un peu loulou (rires) et peut faire des bêtises. Il fait la taille d’un poney (sourire) mais c’est un super poulain. Jaguar du Rib est un cheval délicat car un peu anxieux mais a de la classe. Gitane du Rib vient de faire une faute alors qu’elle luttait pour une place à Caen, elle est à reprendre impérativement. Elle va faire un bel été ! Et bien sûr, il y a Cash [du Rib] ! Sa prochaine course sera normalement à Enghien en juillet.❞

Et dans un futur lointain ?

❝Nous avons un « K » que mon papa aime beaucoup : Kannabis Jeloca. Il va certainement aller aux qualifications prochainement. Il est à suivre !❞

Pour finir, dites-nous, avez vous un petit chouchou dans l’écurie ?

❝Oui j’en ai un ! C’est Electron du Rib. J’ai passé des moments inoubliables avec ce cheval. J’ai même débuté avec lui à l’attelé récemment à Caen. Il est un peu moins à son travail ces derniers temps et va donc sûrement prendre une retraite bien méritée prochainement.❞

Clara Dersoir et ses proches aux côtés de Falaisien du Rib à Laval, le 6 mai dernier

Encore un grand merci à Mademoiselle Clara Dersoir pour le temps qu’elle nous a accordé ainsi que pour son chaleureux accueil lors de cette interview.

-Maxime Seyvet

Quitter la version mobile